Abonnement à la newsletter d'A@P

Votre email :

Valider
 

 

Jean-Paul Matteï

lundi 21 janvier 2013 par Bernard Boutin


S’il est un élu qui sait l’importance des relations entre le Béarn et la Bigorre, c’est bien Jean-Paul Matteï, maire de Ger. Sa commune de 2.000 habitants, située à 10 kilomètres de Tarbes, se trouve dans les Pyrénées-Atlantiques. Très agricole, semi-urbaine, la commune béarnaise voit 2/3 de ses travailleurs partir vers Tarbes tous les matins, pendant que le 1/3 restant va vers Pau.
Elu conseiller municipal en 1989 à Ger, Jean-Paul Matteï y est maire depuis 2001. En 24 ans, l’élu s’est forgé quelques convictions sur les relations entre les deux territoires. Pour commencer, pour lui, il n’y en a qu’un. Il nous donne ici, ses pistes pour "recoller les morceaux".

Alternatives Paloises - L’appartenance du Béarn et de la Bigorre à deux régions différentes est-elle un obstacle infranchissable dans la constitution d’une communauté d’intérêt entre ces deux territoires ? Comment y remédier ?
Jean-Paul Mattéï - Pas du tout. Il est vrai qu’au niveau des communautés de communes, ce n’est pas commode à réaliser. Près de Ger, nous avons les enclaves de Luquet, Gardères et Séron qui appartiennent aux Hautes-Pyrénées, alors que nous sommes en Béarn et toutes veulent rester membres de communautés de communes des Hautes-Pyrénées ! C’est un débat mais, pour moi, l’obstacle principal, réside plus dans les hommes que dans les structures...

Alternatives Paloises - Comment y remédier ?
Jean-Paul Mattéï - La meilleure façon serait de réfléchir à une métropole Pau-Tarbes-Lourdes. Il y aurait une grande intercommunalité qui dépasserait les frontières de deux régions et deux départements. Il s’agit uniquement d’une volonté politique. Techniquement, on peut y arriver. Les obstacles sont dans la tête des gens. Les régions sont un faux problème. Le territoire dont on parle est autre.
Quant aux hommes, il faut apprendre à travailler en commun. Le problème actuel est que les structures n’ont pas de lien entre elles, ce qui fait que les hommes et les femmes ne se parlent pas parce que nous sommes dans des régions et des départements différents. Les élus n’ont pas pris l’habitude de raisonner et de travailler ensemble.

Alternatives Paloises - Faudrait-il créer un cadre style "Conseil des Parlementaires Basco-Bigourdans" ou "Conseil de développement Béarn-Bigorre" ou encore "Conseil des élus Béarn-Bigorre" ? Qu’est-ce qui vous parait le plus adapté ?
Jean-Paul Mattéï - Il faut créer un cadre associant des acteurs politiques, économiques et associatifs dans une même structure. Que ce soit un conseil des élus, un conseil de développement, un conseil "théodule"... peu importe la forme. Ce qui importe, c’est que les gens se retrouvent autour d’une table pour parler ensemble d’un territoire commun.
C’est le critère économique, géographique y compris culturel qui feront que l’on se retrouve autour d’un même cadre. Pour ma part, je pencherais pour la mise en place d’un "Conseil Economique et Social Béarn-Bigorre".

Alternatives Paloises - Quels sont les grands enjeux économiques communs sur lesquels devraient travailler le Béarn et la Bigorre aujourd’hui ?
Jean-Paul Mattéï - Il y en a beaucoup. Il y a d’abord la problématique du transport que ce soit entre nos deux territoires mais également vers nos capitales régionales et Paris. C’est un critère important. En deuxième lieu, il y a la formation et notamment l’université des Pays de l’Adour. Il y a aussi les aspects économiques, culturels, sportifs. Tous sont des thèmes à partager.
Notre territoire doit s’appuyer sur trois piliers : les collectivités « le politique », l’économie et la vie associative. Les élus doivent être des facilitateurs pour favoriser les liens et le développement de ces trois piliers.

Alternatives Paloises - A-t-on une idée précise des liens entre la région tarbaise et la région paloise ?
Jean-Paul Mattéï - Ils sont énormes. Beaucoup d’entreprises sont présentes dans les deux villes. L’industrie de la métallurgie a un centre de formation commun Hautes-Pyrénées/Pyrénées-Atlantiques. L’Université des Pays de l’Adour n’est pas une vue de l’esprit. Elle est bien présente dans les deux territoires.
Il est tout à fait faisable de tenir deux rendez-vous le matin à Tarbes et deux l’après-midi à Pau. C’est plus compliqué, si c’est sur Bayonne.
Les Pyrénées sont un formidable lien au niveau touristique. La carte N’PY au niveau des stations pyrénéennes couvre les deux départements. Les exemples sont multiples...

Alternatives Paloises - Faut-il imaginer un aéroport commun entre Pau-Lourdes et Tarbes ? Comment arriver à fixer une démarche commune entre Bigourdans et Béarnais ?
Jean-Paul Mattéï - Le mal est fait. Il y a eu des investissements importants sur des sites différents. C’est un choix que je trouve idiot mais il est fait. Par contre, il est évident qu’il faudrait mettre en place une structure commune de gestion pour travailler en cohérence. A la limite, le personnel devrait être sur les deux territoires.
Par contre, il ne faut pas recommencer les mêmes erreurs et prévoir dès maintenant une gare TGV commune. Il y a un débat sur les gares TGV dans les villes mais, il ne faut surtout pas écarter une passerelle commune entre ces deux territoires. Ne recommençons pas l’erreur des aéroports.

Alternatives Paloises - N’est-il pas regrettable qu’il n’y ait pas une association ou une structure de "loobying" entre Béarnais et Bigourdans pour obtenir la ligne directe TGV ?
Jean-Paul Mattéï - Bien sûr. Certains élus ont essayé de fédérer mais il n’y pas d’âme dans tout cela. A nouveau, les problèmes de personnes passent avant les intérêts majeurs dans notre territoire. Nous sommes bloqués par la "politicaille" et les égos des uns et des autres.

Alternatives Paloises - En 1994, les Basques ont crée le "conseil de développement du Pays Basque". L’année suivante, ils créaient le Conseil des élus. En tant qu’élu béarnais, cela ne vous choque pas que rien n’ait été fait parallèlement en Béarn ?
Jean-Paul Mattéï - On voit d’ailleurs l’effet positif que ce conseil a bien pu avoir en Pays Basque. Chez nous, il y a eu quand même la démarche du Pays du Grand Pau, même si au départ j’ai été sceptique sur la démarche « Pays ». J’ai eu l’occasion de participer à des réunions du Pays du Grand Pau, avant qu’il ne se transforme en SCoT. J’ai vraiment apprécié de rencontrer des élus d’un même territoire ayant des problématiques communes. Je me suis alors rendu compte de l’intérêt d’une telle structure.
S’il y a une volonté politique de mettre en place une organisation où les décideurs puissent s’exprimer, discuter, échanger... nous aurons fait là, un pas énorme.

Alternatives Paloises - Les élus béarnais sont intégrés aux élus banques dans le cadre du Conseil Général. N’est-ce pas là un premier frein aux relations entre Béarn et Bigorre ?
Jean-Paul Mattéï - Que l’on ait des relations avec le Pays Basque au travers du Conseil Général, nous sommes dans le même département. Le Pays Basque a une pertinence de territoire avec une zone d’attractivité qui est le nord de l’Espagne et les relations vers les pays du nord. C’est un fait.
Maintenant, nous avons, en Béarn et en Bigorre, un territoire qui est une pépite. Il n’y a pas que Turboméca, Total, Pau Euralis, Socata et Alstom. Il y a aussi un tissus de petites et moyennes entreprises absolument extraordinaire, qui travaillent ensemble dans le même espace.

Alternatives Paloises - Comment fait-on pour mettre autour d’une table les acteurs béarnais et bigourdans ?
Jean-Paul Mattéï - Il faut créer un cadre sous forme associative en évitant que les élus y siègent seuls. Doivent le rejoindre les organisations socio-professionnelles, des syndicats, des associations. Ensemble, nous pourrons réfléchir à une communauté de commune Pau-Tarbes-Lourdes qui est évidente. Il faudra même oser et envisager une métropole qui irait de Lannemezan jusqu’à Orthez. Le territoire existe déjà. Il vit. Beaucoup d’entrepreneurs locaux peuvent en témoigner.


- propos recueillis par Bernard Boutin


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 
 
 
Votre commentaire



> Jean-Paul Matteï
18 février 2013, par Pierre Saubot  

je suis d’accord avec tout ce qui est dit par Jean-Paul Mattéï

> Jean-Paul Matteï
21 janvier 2013, par Daniel Sango  

"Nous sommes bloqués par la "politicaille" et les égos des uns et des autres."

Ce n’est pas en créant un Comité ou Conseil de plus que l’on changera quoique ce soit à la faillite de notre organisation territoriale. Le mal est identifié, et curieusement aucun remède sérieux n’est proposé.

La seule démarche de progrès consiste à supprimer le découpage communal archaïque qui favorise l’intérêt particulier au détriment du collectif.

Supprimer également le Conseil Général entité inutile, dont le justification liée aux problèmes de communication/gestion de l’époque napoléonienne n’existent plus depuis belle lurette.

Comment vouloir rapprocher Pau et Tarbes alors que les politiques de l’agglo de Pau sont incapables de rapprocher Pau et Serres Castet ou Montardon qui se touchent ?

Comment vouloir rapprocher Pau et Tarbes alors que Nay fait secession et refuse de participer au SCoT du Grand Pau (Schéma de Cohérente Territorial) ?

   
 
 
 
Les rubriques d’A@P
Citoyenneté
A compte d’auteurs
"Arpenteurs sans limites"
"Les sorties de Michou"
"Un samedi par semaine - tome 2"
"Un samedi par semaine - tome I"
Au ras du bitume
Enquêtes
Evasion
Maréchaussée Paloise
A@P.com
Courrier d’e-lecteurs
Hommes et femmes d’ici !
Opinion
Portraits, Entretiens
Tribune Libre
Humeurs
La Charte d’A@P
Le défouloir !
Les cartons
Les cartons mi-figues mi-raisins
Les cartons rouges
Les cartons verts
Les Nouvelles Pratiques Municipales (NPM)
Vu dans la presse
”Les Causeries d’A@P”
Détente
Loisirs
Spectacles
Economie
Aéroport Pau-Pyrénées
Enjeux
Enjeux environnementaux
Enjeux européens
Enjeux sociétaux
Grand Pau
Lescar
Billère
Gan
Gelos
Idron
Jurançon
La CDA Pau-Pyrénées
Lons
Point de vue
Grands projets
"LGV des Pyrénées" : la desserte du Béarn et de la Bigorre
BHNS (Bus à Haut Niveau de Services)
Le "Pau-Canfranc", la Traversée Centrale des Pyrénées
Nouveau complexe aquatique de Pau
Nouvelle voie routière Pau-Oloron
Nouvelles Halles de Pau
Pau
Du Côté des Quartiers
La vie
Une idée pour la ville
UPPA
Politique
Forums des Partis
Politique locale
Politique régionale et nationale
Territoires
Aragon
Béarn
Bigorre
Espagne
Europe, Monde
Pays Basque, Euskadi
Pyrénées
 
   
 
  Envoyer à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)



[ Imprimer cet article ]
 


 
Autres articles

Max Moreau
Martine Lignières-Cassou
Marc Cabane
Georges Labazée
Nathalie Chabanne
Jean-François Maison
Gérard Trémège
Jean Glavany
Yves Urieta
Christian Pèes
Mariano
L’or ne pourrit pas.
Nathalie Chabanne
Questions à Jean-Pierre Bel
Pascal Boniface et Julien Pardon
Georges Labazée
Sylvie de Sury
André Cazetien
Xavier CEYRAC
Jean-Yves Lalanne



[ Haut ]
 

Vous pouvez afficher les publications de Altern@tives-P@loises sur votre site.

Site mis en ligne avec SPIP | Squelette GNU/GPL disponible sur © bloOg | © Altern@tives-P@loises